L’histoire que je vais vous raconter et réelle, elle s’est passée au Maroc il y a 7 ans. A l’époque je venais tout juste d’avoir 18 ans, cette histoire c’est passé avec ma cousine Rajah, elle vivait chez mes grands parents vu que sa mčre était divorcée. Rajah qui est d’un an mon aînée est une créature de ręve, brune, un beau teint mat, les yeux en amande, un superbe cul et surtout une extraordinaire paire de sein.

On se retrouvait souvent chez mes grands parents et plus je regardai ma cousine et plus j’avais envi d’elle. A l’époque je n’avais eu que deux rapports donc il m’en fallait peu pour me faire bander et elle en l’occurrence elle me faisait vraiment bander je n’arrętai pas de me branler en pensant ŕ elle.

Un soir, alors que je dormais chez mes grands parents ŕ quelques mčtres d’elle je me levais dans la nuit avec une énorme envie d’elle mais l’ennui c’est que dans la męme pičce se trouvait aussi sa mčre ( ma tante) sa soeur( mon autre cousine) mais aussi ma soeur mais l’envie était trop forte alors je décidai de me lever et discrčtement j’allai vers elle et lŕ je pris l’initiative de la caresser pendant qu’elle dormait. Je lui caressais les seins, je bandai comme un fou, je frôlai ŕ peine sa poitrine de peur qu’elle se réveille. J’ai a peine commencé ŕ me branler que je crachais des jets puissants qui ne voulaient plus s’arręter. Je pris tout mon sperme et m’essuya sur une couverture puis j’ai regagne mon lit sagement.

Les jours suivant je m arrangeais pour dormir chez mes grand parent et ŕ chaque fois c’était rebelote et plus les jours passait et plus j’accentuai mes caresses jusqu’ŕ męme lui toucher la chatte. Cependant durant la journée je faisais en sorte que tout semble normal.

Un soir pendant que je dormais je senti une main sur ma bite je sursaute et lŕ ma surprise fut de voir ma cousine qui me caressait la queue au dessus de mon boxer. Je me mis ŕ bander en un rien de temps je la fixait et elle me dit:

-Moi aussi j ai envie de toucher tu croix que je ne sentais rien quand tu me caressais ?

-Et tu m’as laissé faire ?

– C’était tellement bon que je faisais semblant de dormir.

Je lui dit de continuer et comme réponse elle m’offrit un énorme baisé. Je bandais comme un fou et elle me caressait sans me branler elle ne savait pas comment faire elle m’a dis qu’elle n’avait jamais vu une bite et qu’elle était encore vierge. Je lui caressais les seins, elle ne voulais pas que lui touche la chatte, je n’ai pas insisté pour moi c’était un ręve qui s exauce, c’était merveilleux, je lui expliquais comment il fallait me branler. Elle a vite appris et en 2 ou 3 mouvements je lui crachais dans la main. Elle me regarda, posa un baiser sur mes lčvres et me dit ŕ demain.

Le lendemain la journée se passa comme d’habitude, je sortais avec des amis qui sont des locaux mais je savais que vers 18 h toute le famille allait descendre en ville alors vers 17 h je me dépęchait de rentre la voir pour lui dire de rester. Elle accepta et je fis semblant de ressortir je restait avec mes amis. Dčs que j’ai vu mes parents et le reste de la famille partir je couru ŕ la maison et en effet elle était lŕ et m’attendait. On s’est enfermé dans une chambre, on savait qu’on avait environ 2 h devants nous alors il ne fallait pas perdre de temps. Je pris l’initiative de l’embrasser, elle se laissait faire, je la caressais partout, je sentais qu’elle était chaude mais hésitante alors je pris sa main et la posa sur ma bite. Elle me caresse par dessus mon short, je lui enlčve son débardeur, son soutien gorge, suivra le reste. Et lŕ je trouvais de magnifique et énorme seins sur lesquels je m’étais branlé des dizaines de foi en les imaginant. Je les ai léché, les ai mordillé et je sentais qu’elle était trčs sensible de la poitrine. Pendant que ma bouche s’occupe de sa poitrine ma main descend vers sa chatte, elle se laissais faire je passais ma main sous la culotte mais elle me dis qu’elle ne voulais pas que je la touche en dessous de ses habits, je n ai pas bronché. Je jetais mon short, elle resta bloqué sur mon sexe c’était le premier sexe qu’elle voyait en vrai elle me branla et je lui dis de me faire un bisou sur le gland elle ne voulait pas, j ai insisté puis elle a accepté. Je lui en demande un autre puis encore un autre jusqu’ŕ la faire me sucer. Elle avait beaucoup de mal et surtout avait trčs peur que j’explose dans sa bouche, je la rassurais en la guidant sur ses gestes buccaux, ses dents me faisaient mal, alors je lui dis de faire attention. Elle apprenait trčs vite et rapidement elle me suçait comme une experte j’étais le plus heureux et au moment oů je sentis que sa montait je lui demande d arręter.

Je la force un peu ŕ se mettre nu, elle ne voulait pas mais sous mon insistance elle accepta et lŕ je vis qu’elle était trčs mouillée.

Je voulais lui enfoncer un doigt mais elle n’a pas voulu alors je pris l’initiative de la lécher. Je descendis lentement le long de son ventre en caressant ses tétons qui étaient dur et une foi ma langue arrivée ŕ sa belle petite chatte j’écartais ses lčvres pour trouver un magnifique clito. Je me mis ŕ le lécher, elle s excitait comme une malade la pucelle et me dis qu’elle adorait ce que je lui faisait alors je mis de grands coups de langue, elle criait de plaisir. Je lui suce le clito ŕ présent en lui enfonçant juste la premičre phalange de mon doigt. Elle mouillait énormément la salope, j écartais ses lčvres et la pénčtre du bout de la langue, elle est devenu comme folle et je m arręta elle me parlait ŕ présent comme une garce

– Je ne savais pas que c’était aussi bon, je veux que ce soit toi qui me baises pour la premičre foi mais ŕ la condition que tu m’épouses car si tu me dépucelles je ne pourrai pas me marier.

Je ne pouvais prendre une décision comme ça ŕ la légčre alors je lui dis qu’en ce qui me concerne je voulais bien mais qu’on ne savait pas ce que l’avenir nous réserve. Je lui proposais une autre solution. Elle me demanda laquelle et je lui dis : t’enculer. Elle se mit ŕ 4 pattes comme une chienne, je pris un peu de sa mouille et lui enfonça un doigt dans le cul. Je lui dis de se caresser en męme temps elle me dit que sa faisait mal alors je mis encore un peu de salive et continua de lui enfoncer mon doigt puis un deuxičme et une foi que je senti qu’elle était pręte je mis de la salive sur le bout de ma bite et la présenta ŕ l’entrée de son cul.

Je poussais, elle avait mal mais peu m’importe, j’avais vraiment envie de l’enculer alors je poussais ma bite au fond de son cul en mettant de la salive et par moment je lui titillais le clito ce qu’elle avait l’air d’adorer.

Une foi ma bite bien au fond je commençai des vas et viens trčs lentement elle mordait les draps tellement la douleur était importante.

Au fur et ŕ mesure que je limais son trou se dilatait et je pouvais l’enculer ŕ fond et c’est elle qui me motivait ŕ la baiser plus fort. Je tirais sur ses seins qui pendaient, je titillais son clito, elle criait en me disant de la baiser plus fort n’en pouvant plus je me vidais entičrement dans son cul. C’était un bonheur d’éjaculer dans un cul comme ça !

Par la suite j ai eu le droit ŕ de merveilleuses pipes oů je lui vidais ma semence dans la bouche elle n’a jamais voulu avaler.

On a essayé des branlettes espagnoles oů je lui éjaculais dessus ou encore la sodomie.

Aujourd’hui Rajah est mariée ŕ un marocain, ils vivent lŕ bas, il a eu la chance de la dépuceler mais je suis l’unique personne ŕ l’enculer et ŕ lui répandre ma semence sur le corps. Aujourd’hui encore, ŕ chaque fois que je vais au Maroc (2 ŕ 3 fois dans l année) j’ai la chance de la baiser quand son mari n’est pas lŕ et croyez moi que c’est devenu une experte en baise. il nous arrive męme de regarder des vidéos porno et de reproduire la męme chose.

J’y retourne encore cet été j’espčre encore m’amuser avec elle si vous avez des conseils n’hésitez pas merci.

Yassine

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 7.6/10 (49 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Ma cousine au Maroc, 7.6 out of 10 based on 49 ratings