Bonjour ŕ tous, je me décide ŕ publier un récit écrit par ma maîtresse, une femme remarquable rencontrée sur le net voilŕ maintenant plus de 2 ans…elle a bien évidemment consenti ŕ ce que je vous partage ce texte…bonne lecture ŕ tous.

Il est 8h20, alors que je décide de faire une parenthčse de quelques heures dans ma vie, je prends le train en direction de Paris. Sur le trajet, je décide de lui envoyer un texto qui devrait le surprendre :

Ť bjr. je suis ŕ qq heures mais je me rapproche ŕ grande allure sur le chemin qui m’emmčne vers toi.ť

Au bout d’une vingtaine de minutes une réponse qui me dit :

Ť Oů es tu ? Que fais-tu ? C koi ce msg ? Je ne comprends pas ? ť

Une réponse qui me fait sourire. Je lui réponds donc :

Ť Fais comme tu veux mais si tu ne veux pas me louper, sois ŕ Paris Gare du Nord dans 1 heure top chrono. ť

Et lŕ silence, plus de message. J’ai peur ŕ l’idée de penser qu’il n’a pas envie de me voir ou qu’il n’est pas disponible. Des tonnes d’idées me traversent l’esprit. Et s’il avait décidé lui aussi de me surprendre ? Et le voyage se passe.

Je suis anxieuse et stressée mais la pensée que peut-ętre je le verrai au bout du quai me remplit de bonheur et d’excitation. Ça fait tellement longtemps que j’attends ce moment de pouvoir l’embrasser, le toucher, le sentir contre moi, le regarder dans les yeux et lui dire je t’aime. Mon corps frissonne déjŕ. Perdue dans mes ręves, une voix me fait sursauter :

Ť Paris gare du Nord dans 5 minutes. ť

Ça y est, le coeur qui s’emballe, les mains qui tremblent. Je me repoudre un peu le nez et replace un peu mes cheveux tout désordonnés.

Je me lčve et m’approche doucement des portes et j’attends, toute tremblante, que le train s’arręte. Voilŕ, terminus, les portes s’ouvrent. Quelques passagers pressés sortent devant moi, me bousculent, tout semble aller trčs vite autour de moi. Je descends du train et remonte le quai d’un pas incertain en levant la tęte, espérant voir un visage connu mais la foule m’en empęche, ne me laissant entrevoir que le dos de gens inconnus et froids. Le quai me semble interminable et je commence ŕ regretter cette parenthčse. Pourquoi suis-je venue ? Pourquoi ai-je pu penser qu’il serait lŕ ? Me voilŕ maintenant ŕ l’entrée de la gare seule et un peu perdue. Je décide donc d’aller boire un petit café pour me faire patienter un peu et surtout prendre la décision de repartir ou de profiter pour aller me balader un peu.

Assise seule dans un coin, je regarde passer les gens, les voitures qui se croisent, les passants qui courent, se bousculent. Soudain, je sens comme un souffle chaud prčs de mon oreille, et cette voix qui me chuchote :

Ť Je t’aime doudou. ť

Je n’ose bouger ni męme me retourner de peur de ręver toute éveillée. Lentement, je tourne le visage et il est lŕ, immobile, il m’éblouit de son sourire. Je me jette dans ses bras et on s’embrasse fougueusement. Je ne ręve pas, je le tiens, je le sens, je le respire. Que ce moment est magique. On se regarde longuement ne sachant pas trop quoi se dire. Il me prend par la main et m’emmčne de l’autre côté de la route oů nous attend une voiture qui ne semble pas ętre la sienne. Effectivement, il me fait monter ŕ l’arričre de la voiture et s’assied ŕ mes côtés. Au volant, un homme que je ne connais pas mais dont le visage me semble plus que familier. Il me regarde dans le rétroviseur, ses yeux me déshabillent et me mettent un peu mal ŕ l’aise. Je le reconnais, c’est lui, J.M., mon fantasme masculin. je suis comme dans un ręve seule avec un homme dont je suis follement amoureuse et dont j’ai tant envie ŕ l’arričre d’une voiture que conduit un pur étalon comme je les aime. Je suis dans une autre vie. Et je ne vais sűrement pas gâcher cette journée.

Nous roulons un moment. Il fait chaud et je ne regrette pas d’avoir mis ma petite robe fleurie qui semble bien plaire ŕ mon Doudou. Ses mains se baladent sur mes jambes et il ne se fait pas prier pour les laisser glisser entre mes cuisses que je laisse s’ouvrir délicatement.

Ť Tu m’emmčnes oů, doudou ? ť et JM qui répond :

Ť Au pays des ręves ma belle. ť

Doudou continue de me caresser les cuisses qui s’ouvrent de plus belle, laissant apparaître ce petit string en dentelle rouge. Ma chatte est déjŕ toute mouillée. Il baisse les bretelles de ma robe et fait descendre celle-ci, faisant apparaître cette poitrine volumineuse et tendue comme il aime.

Ť Vas-y chéri ils sont ŕ toi, lčche-moi ces petits bouts. ť

Je lui caresse les cuisses et remonte jusqu’ŕ sa braguette d’oů je sens une bosse qui laisse deviner une queue dure et belle comme j’ai envie. Ses doigts se promčnent le long de ma fente et me caressent avec douceur, laissant par la męme glisser un doigt jusqu’ŕ y sentir mon envie de lui.

Ť Tu sens comme je suis excitée ? ť

Ť Oui, je vois ça. Tu as envie d’y goűter ? ť me demande t-il.

Et sans męme attendre ma réponse, il glisse son doigt tout humide dans ma bouche… JM nous regarde et je comprends dans son regard qu’il est trčs excité et l’image de sa queue qui durcit sous mon effet m’excite encore plus.

La voiture s’arręte. Le portail s’ouvre et au fond de l’allée on aperçoit une magnifique demeure. Nous remontons l’allée doucement dans un décor boisé jusqu’au pas de la maison. Sur la droite une trčs belle terrasse borde une gigantesque piscine. Je remonte les bretelles de ma robe et Doudou me prend la main pour me faire descendre de la voiture. JM arręte le moteur et nous accompagne. Sur la terrasse, un petit salon de jardin fait de teck et d’osier, trois coupes et une bouteille de champagne. Rien ne semble avoir été oublié. Quelques fraises fraîches du jardin et des grappes de raisin apportent leur lot de couleurs et saveurs appétissantes dans cet Eden oů il sent bon une certaine excitation humaine. Il fait trčs chaud aujourd’hui. La journée promet d’ętre torride.

JM, beau, musclé, arbore un short assez moulant qui lui dessine un corps parfait laissant deviner un sexe aux mensurations appétissantes. Le torse nu et huilé me rend trčs imaginative et de plus en plus excitée je dirais. Il ouvre la bouteille et nous verse un verre. Il s’approche et me tend une coupe. Il y trempe l’index et me le fait glisser sur les lčvres. Hummmm la température du champagne vient de prendre quelques degrés, lŕ… Mon doudou, assis prčs de moi, me tend une fraise qu’il fait voyager sur mes lčvres, me laissant venir ŕ lui pour la croquer doucement. Hummm que c’est agréable. Il se lčve et propose que nous allions nous jeter dans la piscine. N’ayant pas prévu cette baignade, inutile de s’embarrasser avec un maillot de bain. Je laisse tomber ma robe, retire le petit string que je jette au visage de mon doudou et plonge dans la piscine. Ces deux mâles ne se font pas prier et me rejoignent complčtement nus. Doudou s’approche de moi et commence ŕ m’embrasser. JM s’approche lui aussi et je sens ses mains sur mon corps. Les baisers me procurent une chaleur intense. Il descend dans mon cou puis arrive sur mes seins qui pointent. Il me les mordille. Sa langue et ses mains qui se promčnent sur mon corps me donnent la fičvre :

Ť J’ai envie de toi doudou, je veux te sentir en moi. Bouffe-moi la chatte bébé. ť

Ť J’arrive trésor, je vais t’aspirer ce minou ŕ ne plus respirer. ť

Il me soulčve et m’assieds sur le bord de la piscine. Je suis lŕ complčtement nue, les jambes écartées et je m’offre ŕ lui pendant que JM, trčs excité, se caresse. Humm il fait glisser sa langue sur mon ventre et redescend vers ma chatte et ces petits coups sur mon clitoris gonflé me font pousser des petits gémissements. Je le regarde et lui fais signe de venir me rejoindre sur le bord de la piscine. Il arrive ŕ côté de moi et j’ai juste sa queue ŕ hauteur de ma bouche. Je me lčche déjŕ les lčvres de ce que je vais sucer. Ahhh cette queue magnifique.

Ť Approche, donne-la moi, donne-moi cette queue que je la suce, je vais te montrer ŕ quel point je t’aime et ŕ quel point j’ai envie de toi ! ť

Avant męme qu’il puisse répondre quoi que se soit, je me mets ŕ le pomper. Il m’accompagne en la faisant pénétrer doucement dans ma bouche sans aller trop loin, juste pour que je puisse lui titiller le gland avec mes dents. Des petites aspirations le font gémir. JM, qui a pris la relčve, me lčche doucement. Il me titille le petit bouton entre ses dents et laisse pénétrer un doigt doucement dans ma fente bien mouillée, par des petits va-et-vient, il fait ensuite pénétrer un deuxičme doigt, j’adorrrreeeee. Je continue de sucer mon Doudou et je fais plonger sa queue dans le fond de ma bouche, doucement, de plus en plus loin. Quand sa queue ressort, je la presse doucement entre mes dents et aspire le gland. Je laisse glisser ma langue tout le long et redescends jusqu’ŕ ses couilles qui durcissent. JM continue de me masturber la chatte qui gonfle de plaisir.

JM sors de l’eau et nous rejoint sur le bord. Il se met de l’autre côté de moi, m’offrant sa queue raide. Je les suce ŕ tour de rôle ramenant ŕ ma bouche ces deux glands pręts ŕ exploser.

Ť Oh ouiiiii, humm. ť

Doudou s’allonge sur le sol, je me mets ŕ genoux, jambes écartées de chaque coté de son visage, lui offrant ainsi ma chatte et me permettant de continuer de sucer JM.

Ť Tiens doudou, viens, prends-la, j’adore sentir ta langue dessiner ma fente. ť

Il me branle la chatte et me met un doigt puis deux puis trois.

Ť Je vais jouir doudou, ahhhh, ouiiiiiii, continue de me branler, vas-y, vas-y. ť

Ť Vas-y chérie, donne moi ton nectar, je veux te boire. ť

Ť Ahhhhhhhh hummmmmmm, bouffe-la moi, ouiiiii comme ça, oooooooohhhhhhhhhhh. ť

Je jouis dans sa bouche et JM m’asperge la poitrine de son sperme.

Ť Ahhhhhhh c’est bon doudou. ť

Doudou me pénčtre ensuite et me lime la chatte par des va-et-vient puissants. Je me relčve et me retourne. Je me mets ŕ quatre pattes de maničre ŕ permettre ŕ JM de me pénétrer pendant que je m’applique ŕ sucer la grosse queue de mon doudou qui me donne trop envie. Ce gland luisant et tendu me tape dans le palais. Je la suce et l’aspire ŕ en perdre mon souffle et lui malaxe les couilles.

Ť Oui doudou je veux te boire. Je veux que tu me jouisses dans la bouche doudou, donne moi ton jus ouiiiiiii ouiiiiii, vas-y doudou viens, viennnsssss. ť

Hummmmm il me remplit la bouche de ce nectar. Je le regarde dans les yeux et avale tout ce qu’il m’a donné. Je continue de lui lécher la queue couverte de son sperme et de ma cyprine, tout en lui caressant les couilles. JM continue de me limer la chatte. Doudou est ŕ nouveau excité et sa queue est déjŕ bien dure. Il ne débande pas et ça m’excite encore plus. Je vais jouir ŕ nouveau, une sensation de plaisir intense m’envahit totalement. JM me jouit sur les fesses. Mon corps tremble de plaisir.

Ť C’est bonnnnnnnnn. Ouiiiiiiiiiiiiii… ť

Ce moment de pur bonheur passé, on décide d’aller se rafraîchir et grignoter quelques fruits. J’enfile une serviette autour de moi et on s’installe dans le canapé du salon, ŕ l’intérieur de la maison. Sur un fond de musique, on discute en savourant cet excellent champagne. Doudou est assis ŕ mes côtés et JM est installé dans le fauteuil juste en face de nous. Je pose une jambe sur la cuisse de mon doudou et il ne résiste pas ŕ l’envie de me caresser. Ses mains explorent mes jambes de bas en haut et cette situation semble exciter JM qui commence ŕ se caresser en nous regardant. Je commence ŕ ressentir ce petit frisson au fond de moi et la chaleur commence ŕ envahir mon corps. Je commence ŕ me caresser les seins qui pointent. J’ai envie de lui. J’ai envie d’eux.

Je continue de me caresser les seins et lentement mes mains descendent vers ce triangle qui attire toutes les envies. Je me caresse la chatte humide et chaude et ouvre mes cuisses pour qu’ils puissent regarder ce petit minou qui frétille de plaisir. JM a sorti son membre bien dur et se masturbe et Doudou, tout en me caressant, sort sa queue et commence aussi ŕ se masturber. JM se lčve et vient s’asseoir avec nous. Je suis assise entre les deux, un pied posé sur chacune de leurs jambes, les cuisses bien ouvertes. Ils se masturbent et de l’autre main me caressent chacun un sein. Leurs langues me parcourent le cou, je gémis en continuant de me caresser la chatte et de me pénétrer avec mes doigts.

Je me lčve et me positionne ŕ quatre pattes devant JM. J’attrape sa queue que je mets délicatement dans ma bouche, mes va-et-vient lui font pousser des petits soupirs trčs agréables. Doudou se lčve et se positionne derričre moi. Tout en continuant de me caresser, il mouille un doigt et caresse doucement mon petit trou. Je continue de lécher JM en me caressant en męme temps et le doigt de doudou qui dilate doucement mon anus me fait vibrer. Doudou est trčs excité et ne résiste pas ŕ l’envie de me pénétrer en levrette. Ses va-et-vient sont trčs doux mais trčs profonds.

Ť J’adore, oui vas-y bébé défonce-moi. ť

Il se retire et avec sa queue couverte de ma mouille recommence ŕ me titiller l’anus qui se dilate de plus en plus. Il pousse doucement et délicatement un doigt dans cette cavité tant enviée. Il y met un deuxičme doigt, ça devient de plus en plus facile.

JM se lčve et s’allonge sur le sol. Il m’attire vers lui et je le chevauche, mes mouvements de bassins le font crier de plaisir et mes gémissements sont de plus en plus forts. Doudou m’attrape les fesses et l’accompagne. Délicatement, alors que la queue de JM frétille dans mon vagin, Doudou présente son gland ŕ mon anus qui est de plus en plus ouvert ŕ le recevoir. JM m’embrasse pendant que Doudou fait pénétrer sa queue dans mon cul :

Ť Hummm ahhhhh, c’est serré. ť

Ť Mais tu aimes ça doudou hein, vas-y pousse doucement. ť

Je le sens en moi, j’exulte de recevoir en moi deux magnifiques queues, c’est trop jouissif de pouvoir donner du plaisir ŕ deux hommes en męme temps. Je sens ces queues durcir, prętes ŕ exploser en moi.

Les va-et-vient de doudou, dans mon anus, sont de plus en plus rapides tout comme ceux de JM, ahhhhh ouiiiiii encore ouiiiiiiii, j’atteins un orgasme des plus intenses, ahhhhhh c’est trop bon. Doudou se retire, je me relčve et me présente ŕ genoux devant ces deux queues, une dans chaque main, et les masturbe jusqu’ŕ recevoir ce nectar dans ma bouche, leurs râles de jouissance couvrent la musique et une sensation de plénitude totale a envahi la pičce.

Quelle journée ! Quel pied ! Quelle parenthčse !

On se regarde, on se sourit… Il est malheureusement temps de penser ŕ clore cette escapade et retourner ŕ la réalité de nos vies respectives. Une douche collective pour terminer sur une bonne note et nous voilŕ repartis sur le chemin du retour. JM dépose Doudou et moi devant la gare et dit :

Ť Alors, cette journée ? Comme tu l’espérais ? ť

Ť Le ręve d’atteindre le 7čme ciel avec deux magnifiques étalons vient de se réaliser ť, dis-je d’un air un peu gęné.

JM me sourit, descends de la voiture et vient m’ouvrir la porte. Il me vole un tendre baiser et attend que Doudou soit descendu pour redémarrer la voiture qui s’éloigne trčs vite.

Nous nous dirigeons sur le quai. Le train est ŕ quai mais ne part que dans une heure.

Ť Dis-moi Doudou, tu crois qu’on peut aller s’installer et attendre le départ dans une cabine ? ť

Ť On peut toujours avancer et aller voir ť, répond-il en me souriant avec ce petit air coquin qui lui va si bien.

Nous longeons le train et entrons dans l’une des derničres voitures. On prend place dans un compartiment fermé. Assis côte-ŕ-côte, on s’embrasse tendrement, nos mains se touchent. Une caresse en appelant une autre, sa main glisse trčs vite sous ma robe. Mes cuisses s’ouvrent comme par automatisme. Je me lčve et écarte l’enjambe. Je commence ŕ lui caresser la queue avec ma chatte toute humide d’excitation et d’envie.

Ť Arręte chérie, c’est trop risqué. ť

Ť Pourquoi doudou, tu n’aimes pas ? Tu n’as pas envie de moi ? ť

Ť Si mais on risque de se faire surprendre et c’est dangereux. ť

Je ne l’écoutais plus, je continuais mes caresses.

Ť Doudou, j’ai envie de toi, j’ai envie que tu me prennes, lŕ maintenant, ici. ť

J’écarte mon string, sort son sexe et l’enfonce doucement dans ma chatte qui est devenue une vraie fontaine. J’accélčre mes va-et-vient sur sa queue. Il me fait basculer vers l’arričre et prend les commandes. Il accélčre le mouvement. Je tremble de tout mon ętre, une vague de plaisir m’envahit, je gémis de plus en plus, je veux que ce moment dure encore et encore jusqu’ŕ ce que je n’en puisse plus.

Ť Ohhhh ouiiiii chéri vas-y continue, fais moi jouir. ť

Je sens que sa sčve monte, j’agrippe mes jambes autour de sa taille comme pour l’empęcher de partir et lŕ je sens les giclées de son sperme au fond de moi qui me procurent un orgasme plus puissant encore que les précédents.

Il se retire et s’assied sur le bord de la banquette :

Ť Mais comment puis-je te laisser partir, c’est comme dans un ręve et je ne veux pas me réveiller. ť

Ť Si j’avais un voeu ŕ faire ça serait que tu sois obsédé par cette journée, ŕ ne plus penser ŕ rien ni ŕ personne d’autre que moi, que tu ne puisses plus te passer de moi. ť

Alors je me mets ŕ genoux par terre entre ses jambes, son sexe est couvert de son sperme et de ma cyprine, je le lčche et le suce tout en lui caressant les couilles. Son sexe commence ŕ grossir dans ma bouche, je suis trčs heureuse de sentir que je lui fais encore de l’effet et que je lui procure encore de l’envie. Je prends son sexe et je le masturbe avec mes seins. Je me lčve en lui tournant le dos et enfonce lentement son sexe dans mon cul déjŕ dilaté par la séance que j’avais eue avant.

Ť Vas-y doudou encule-moi. ť

Je fais des mouvements de haut en bas en me caressant la chatte et les seins.

Ť Vas-y bébé, fais de moi ta chose, défonce-moi le cul. ť

Ŕ ces mots, je sens mon corps partir en avant, il me plaque contre le mur et je sens ses coups de reins accélérer et devenir plus forts. Quand je sens ses mains parcourir mon corps et arriver sur ma chatte, j’ai ŕ nouveau un orgasme, son sperme mélangé ŕ ma cyprine coule de ma chatte, mon corps frémit, mes jambes flageolent et ne peuvent pratiquement plus me faire tenir debout.

Ť C’est ça que tu veux ? ť

Ť Ouiii. ť

Ť Alors, ma puce, c’est ce que tu vas avoir. ť

Ť Ho ouii Doudou je suis ŕ toi. ť

Ŕ peine ai-je fini ma phrase qu’il me remplit le cul de son sperme chaud.

Le bonheur intense, une jouissance explosive.

Le temps a passé trčs vite et il ne nous reste qu’un quart d’heure. On ressort du train aussi discrčtement que possible et fumons une petite cigarette avant de devoir se quitter pour peut-ętre ne plus se revoir.

Cet au revoir, qui ressemble presqu’ŕ un adieu douloureux, nous rend triste. Le départ est annoncé, il m’embrasse amoureusement et s’en va, me faisant juste un signe de la main sans męme se retourner.

Je monte dans ce train qui me ramčne ŕ ma petite vie tranquille, séchant tant bien que mal les larmes que je n’arrive pas ŕ retenir. Je l’aime tellement.

Merci doudou pour cette magnifique journée.

Doudou59972

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.3/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Une folle journée avec mon doudou, 4.3 out of 10 based on 3 ratings